Crèches

Dès les premiers jours de la vie, on peut déjà être confronté à la réalité d‘un accès aux services sociaux : celui des crèches. Á Charleroi, Marie et Thimothée l‘apprennent très tôt pour leur petit Léon : les longues listes d‘attentes, l‘inscription avant la conception, le stress…

Le soutien aux parents de jeunes enfants en Europe peut prendre différentes formes. La plupart du temps, il s‘agit du congé parental, de services d‘éducation et de soins à l‘enfance, d‘un soutien financier par des allocations familiales ou des remboursements d‘impôts.

Il y a aujourd‘hui une conscientisation plus forte que les familles et les enfants ont des besoins multiples. Une plus grande attention est octroyée à la nécessité d‘encourager l‘emploi des femmes et de créer un équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle.

Pour aller plus loin

La Commission européenne a publié une étude en 2012 faisant le point sur les soins et l‘éducation à la petite enfance dans 20 pays, retraçant les grandes tendances aujourd‘hui en Europe, en soulignant le rôle des différents acteurs.
Consultez ici l‘intégralité de l‘étude (en anglais)

Voyez aussi par exemple la communication de février 2011 de la Commission sur l‘éducation et l‘accueil de la petite enfance, "Éducation et accueil de la petite enfance : permettre aux enfants de se préparer au mieux au monde de demain".

D‘autres documents de la Commission européenne sur son site.

Quelques coupoles européennes de la société civile s‘occupant des politiques de l‘enfance :
- Eurochild
- La Confédération des organisations familiales de l‘Union européenne (COFACE)

Alain Dubois

Sociologue du Centre d‘expertise et de ressources pour l‘enfance (CERE)/Belgique

Alain Dubois est sociologue, expert à l‘Observatoire de l‘Enfant de la Commission Communautaire francophone de Belgique (COCOF), professeur à l‘ISFSC (Institut Supérieur de Formation Sociale et de Communication). Administrateur délégué du Centre d‘expertise et de ressources pour l‘enfance (CERE), ses domaines d‘intervention y sont l‘évaluation de l‘action publique et l‘appui au développement de services à l‘enfance.

Il a entre-autre participé à l‘élaboration du plan-crèche pour le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale – avec C. Gillet – ainsi qu‘à une étude européenne sur l‘accueil extrascolaire dans les zones défavorisées. Plus d‘info sur ses travaux

« Le rôle de l‘état, faire participer les crèches au mouvement d‘éducation tout au long de la vie, faire en sorte de garantir la qualité et le bien-être des enfants »

Contacter Alain Dubois :
+32 (0)2.333.46.12
adubois@cere-asbl.be

Source : Commission européenne : Étude Les services de garde d‘enfants, une analyse comparative de 30 pays européens

Pour aller plus loin
Les dépenses publiques en matière d‘aide aux jeunes enfants (en anglais) dans les pays de l‘OCDE
La base de données de l‘OCDE sur la famille

Sources : Eurostat – Population and Social Condition (2012)

Sans solution de garde pour son enfant, pas d‘emploi… et sans emploi des parents, le risque de pauvreté peut augmenter pour l‘enfant. Aujourd‘hui, les enfants subissent un plus grand risque de pauvreté que le reste de la population dans 21 des 25 États Membres pour lesquels des données sont disponibles

Volontariat

Cinzia, Gregorio et d‘autres jeunes font le pari de leur vie pour se reprendre en main dans la communauté "Il ponte" de Civitavecchia, centre de volontariat où l‘on aide les jeunes à se sortir de la dépendance aux drogues. Quelle est la place du volontariat, cette solidarité chaude de personne à personne, dans la crise économique et sociale actuelle ?

Encore aujourd‘hui, le volontariat est une réalité en Europe, et pas seulement depuis l‘Année européenne de 2011 qui y a été consacrée. La protection sociale est souvent issue de cette solidarité plus visible et plus vive, moins institutionnelle, qui naît généralement d‘une initiative citoyenne.

Des volontaires, il y en a de plus en plus, même dans les pays où l‘on observe un plus faible taux de volontaires. C‘est ce que l‘on constate dans le dernier rapport de la Commission européenne sur le sujet. Pourquoi ? Il semblerait qu‘aujourd‘hui on est plus conscient des problèmes sociaux et environnementaux, mais aussi qu‘il y a un recours croissant à des volontaires pour effectuer des prestations de service public, ainsi qu‘une participation plus grande de personnes plus âgées.

Pour aller plus loin

Le site de la Commission européenne reprend une série d‘initiatives intéressantes, de programmes d‘échanges, de réseaux mis en place, plus d‘information.

Consultez le dossier du portail "Toute l‘Europe" faisant l‘état des lieux du volontariat (2010)

Sur la jeunesse, voyez aussi le portail européen de la jeunesse.

Visitez également le site du Centre européen de volontariat.

Vito Martiello

Coordinateur du Centre de Service pour le volontariat/Province de Ferrare, Italie

« Le bénévolat a toujours eu une longueur d‘avance dans l‘apport de solutions mais il est dangereux de penser qu‘il puisse gérer seul les services que le public ne rend plus. »

www.youtube.com

Contacter Vito Martiello
+39 0532.20.56.88
coordinatore@csvferrara.it
Le site du Centre de services pour le volontariat de Ferrara (en italien) Agire sociale

Source : Eurobaromètre n°73 – volume 2, novembre 2010, pp. 171 et suivantes

Le volontariat représente une activité importante en Europe. Près d‘une personne sur trois déclare exercer une telle activité.

Source : Eurobaromètre n° 73 – volume 2, novembre 2010, pp. 171 et suivantes

D‘après une étude Eurobaromètre, les européens estiment que c‘est dans le secteur social que le volontariat est le plus utile : « Appelés à déterminer les domaines dans lesquels le volontariat joue, pour eux, un rôle important, les Européens attribuent les trois premières places à la solidarité et l‘aide humanitaire (34 %), au système de santé (24 %), à l‘intégration sociale des citoyens défavorisés (20 %), à égalité avec la défense des droits de l‘homme (20 %). Solidarité et humanisme sont donc bien les principales valeurs portées par le volontariat aux yeux des Européens. »

Soins de santé

Rita est souvent en première ligne pour expliquer l‘accessibilité aux soins de santé à ses patients. Elle est médecin, et partage son temps entre un cabinet médical et l‘université où elle enseigne. Si la santé n‘a pas de prix, elle a aujourd‘hui un coût, assuré pour une très grosse partie par la collectivité. Pour permettre aux citoyens de penser à se soigner avant de regarder la facture…

L‘accès le plus large possible – on dit même universel – aux soins de santé est en général considéré comme une des caractéristiques des systèmes de soins santé parmi les Etats membres de l‘UE. Ce qui est d‘ailleurs repris dans l‘article 35 de la Charte des droits fondamentaux de l‘Union européenne.

Deux types d‘idées ont bâti le développement de l‘accès universel aux soins de santé : l‘approche du seuil minimum et l‘approche égalitaire. Ces approches se combinent parfois de manière complexe. L‘approche minimaliste s‘assure que chaque citoyen ne tombe pas en dessous d‘un niveau de subsistance donné, tandis que l‘approche égalitaire s‘attache à déterminer un accès égal à tous peu importe le statut ou les revenus.

Pour aller plus loin

Deux articles (en anglais) offrent ici un plus large développement :
- Access to health car in the Eu Member States
- Mapping European healthcare systems

Quelques ONG actives dans le domaine
- L‘Observatoire européen des Systèmes et des Politiques de Santé a consacré de nombreuses études sur le sujet de l‘accessibilité aux soins
- Le European Social Watch a rédigé un article sur l‘accès aux soins en Europe
- Le réseau Euro Healthnet
- European Public Health Alliance
- Health First Europe
- EUROCARERS

Jozef Van Langendonck

Professeur émérite à la Faculté de Droit de l‘Université catholique/Leuven (KuLeuven), Belgique

« Les soins de santé dans notre société aujourd‘hui constituent une des plus grandes parties des dépenses de l‘État »

Jozef Van Langendonck a étudié le droit, la philosophie et l‘économie à la KuLeuven. Il a travaillé de nombreuses années en tant que chercheur sur la thématique de la protection sociale, au niveau belge et international. Il a été le Directeur de l‘Institut du Droit social de la KuLeuven, et Secrétaire général de l‘Institut européen de la Sécurité sociale. Retiré de la vie Universitaire, son expertise a encore été sollicitée par des institutions internationales telles que l‘Organisation internationale du Travail ; le Conseil de l‘Europe ; et la Commission européenne.

Bibliographie des publications de Josef Van Langendonck

Contacter Jozef Van Langendonck :
jozef.vanlangendonck@law.kuleuven.be

Source : Le rapport sur la santé en Europe (2012) de l‘Organisation mondiale de la Santé

Pour aller plus loin : Regarder la vidéo de l‘Organisation mondiale de la Santé sur les messages clés du rapport

Sources : Eurostat – SILC

3,2 % des européens ont eu le sentiment qu‘au moins une fois au cours d‘une année, ils n‘ont pas eu les soins de santé qu‘ils estimaient nécessaires à cause des délais d‘attente, du coût ou de la distance.

Pour aller plus loin :
Social Europe - Current challenges and the way forward - Annual Report of the Social Protection Committee (2012) (rapport en anglais)

Logements sociaux

Squat ou logement social ? Gabrielle n‘arrive plus à se loger sur le marché, et les délais d‘attente des logements sociaux sont interminables. Elle doit alors avoir recours à une troisième solution. Mais les conditions de son contrat de locataire sont intenables, illégales, et elle risque de se retrouver à la rue parce qu‘elle n‘avait pas fait la vaisselle… Situation ubuesque où se mêlent politiques sociales et marché privé ?

La diversité est le maître mot pour déterminer le secteur du logement social en Europe. Cette diversité se traduit au niveau des situations de fait, du concept même de logement social, des fournisseurs, des bénéficiaires, ou encore des modes de financement.

Les politiques de logement social varient entre les politiques du logement et celles de la protection sociale. Elles comprennent un grand nombre d‘instruments différents. Aussi, il ne s‘agit pas seulement de la fourniture de logement, mais également des interventions de l‘Etat comme des incitants fiscaux ou financiers à l‘achat ou au développement de biens immobiliers par les pouvoirs publics.

Reprise par la fédération européenne du logement social la définition que la Commission européenne donne des traits caractéristiques du logement social en Europe est la suivante :
« Le développement, la location ou la vente et l‘entretien de logements à des prix abordables ainsi que leur attribution et leur gestion, qui peut également comprendre la gestion de propriétés immobilières et de l‘environnement. De plus en plus, la gestion de logements sociaux peut comprendre des aspects sociaux. Á titre d‘exemple, des services sociaux sont compris dans les programmes de logement ou de relogement destinés à des groupes spécifiques, ou des services de gestion de l‘endettement pour les ménages à faibles revenus… »

Pour aller plus loin

Une polémique est née ces dernières années sur l‘application des règles de concurrence au logement social aux Pays-Bas faisant suite à une plainte de la fédération européenne de la propriété privée.
Voyez l‘article d‘Europolitique

L‘association Leefstand zonder zorgen, présente dans le film, fournit une aide aux locataires qui se retrouvent, comme Gabrielle, dans des conditions précaires intenables.
Consultez ici leurs vidéos et les informations sur leurs activités (en anglais et néerlandais)

La Commission européenne a publié une étude en 2012 faisant le point sur le logement social dans 20 pays, retraçant les grandes tendances aujourd‘hui en Europe, en soulignant le rôle des différents acteurs.
Consultez ici l‘intégralité de l‘étude (en anglais)

Également
- Cecodhas – Housing Europe
- IUT – International Union of Tenants

Darinka Czischke

Spécialiste du logement à l‘Université technologique/Delft, Pays-Bas

« La Charte des droits fondamentaux reconnaît le droit au logement comme un droit social. Elle confère ainsi de l‘importance au logement social en tant que mission d‘intérêt général. »

Sociologue urbaine, Darinka Czischke est rechercheuse et consultante sur des thématiques d‘urbanisme et de logement social. Elle travaille actuellement à l‘Université technologique de Delft, dans le département Immobilier et logement de la Faculté d‘architecture. Elle a effectué des recherches et fourni des avis à nombre d‘institutions internationales comme la Commission européenne, le Conseil de l‘Europe, la Commission économique des Nations unies pour l‘Europe (UNECE) et le réseau Habitat for Humanity International.

Dans ses travaux, elle se penche sur les liens entre les acteurs sociaux, les procédures, les institutions et l‘environnement de la construction. Depuis 2005, elle est co-organisatrice du groupe de travail ‘Logement social, Institutions, Organisation et Gouvernance‘ au Réseau Européen pour la Recherche sur le Logement ; et active en tant qu‘experte pour URBACT, un programme européen d‘échanges qui promeut un développement urbain durable.

Contacter Darinka Czischke :
D.K.Czischke@tudelft.nl
+32 2 513 51 48

Source : CECODHAS – Housing Europe : Rapport 2012 Les rouages d‘un secteur

En termes de logement social, l‘UE est une belle mosaïque. Le montant représente le pourcentage de logement social locatif sur l‘ensemble du parc du logement pour chaque pays (rapport 2012).

Remise à l‘emploi

Après avoir accompagné des milliers de chômeurs dans leur recherche d‘un travail, Séverine et Greg se retrouvent eux-mêmes en situation de demandeurs d‘emploi… Quel est le quotidien de ceux dont le boulot est d‘aider les autres à retrouver un emploi ? Quand parfois, trouver un job pour les autres devient un business… stressant.

Avec 26,1 millions de sans emploi en Europe et 23,7 % de jeunes européens au chômage, la mise à l‘emploi devient une priorité à tous les niveaux. Chercher activement du travail, preuves à l‘appui, est souvent une condition pour obtenir une allocation de chômage.

Il y a un grand nombre d‘éléments qui ont influencé les services à l‘emploi ces dernières années en Europe. Des changements de politiques sur la manière même de concevoir ces services comme des services d‘activation ont vu le jour. Les relations entre allocations de chômage et remise à l‘emploi ont également changé. Aujourd‘hui nous assistons à un mouvement graduel de stratégies dites passives vers des politiques d‘activation qui conditionnent véritablement l‘octroi des prestations. Le terme d‘inclusion active est celui utilisé pour caractériser ce mouvement en Europe.

Trois éléments sont en général mis en commun pour promouvoir l‘inclusions des personnes sans emploi sur le marché du travail : un revenu de remplacement adéquat par un système d‘allocation, le développement d‘un marché du travail dit inclusif, et l‘accès à des services adaptés (formation, accompagnement, coaching…).

Pour aller plus loin

La Commission européenne a publié une étude en 2012 faisant le point sur les services de mise à l‘emploi dans 20 pays, retraçant les grandes tendances aujourd‘hui en Europe, et en soulignant le rôle des différents acteurs.
Consultez ici l‘intégralité de l‘étude (en anglais)

En outre, la Commission européenne analyse régulièrement les évolutions sociales et du marché du travail à travers l‘UE donnant ainsi aux États Membres des indications pour orienter leurs politiques. Aussi des instruments clés européens existent et se basent sur ces analyse : le Rapport conjoint sur l‘emploi la Stratégie Europe 2020, la Stratégie européenne de l‘emploi et la Stratégie protection sociale et inclusion sociale.

Voyez à cet égard le dernier Rapport annuel relatif aux évolutions de l‘emploi et de la situation sociale en Europe 2012.

Visitez également les sites d‘autres institutions comme
- L‘observatoire européen de l‘emploi
- Le réseau européen contre la pauvreté
- European Civil Society Platform on Lifelong Learning (EUCIS-LLL)

Jean-Claude Barbier

Directeur de recherche émérite au CNRS et Sociologue Paris 1 Panthéon Sorbonne/France

« Une des idées du droit de l‘Union européenne, qui est une idée du droit des libertés économiques et du marché, est que la solution normale c‘est de mettre en concurrence. »

Sociologue et professeur d‘Université, Jean-Claude Barbier a centré ses recherches sur la sociologie des politiques publiques et de la protection sociale, ainsi que sur la sociologie du travail. Ses thématiques de recherche traitent de la transformation des systèmes nationaux de protection sociale, de la politiques de l‘emploi en Europe et aux Etats Unis, de la construction européenne, des politiques sociales communautaires, des catégories d‘analyse des marchés du travail et de la protection sociale, de la méthodologie et épistémologie de la comparaison internationale ainsi que de l‘évaluation des politiques publiques. Il a notamment publié La longue marche vers l‘Europe sociale aux Presses Universitaires de France.

Consulter ici la liste de ses nombreuses publications

Contacter Jean-Claude Barbier
jean-claude.barbier@univ-paris1.fr

Sources : Commission européenne, Rapport 2013 de la situation sociale de l‘UE

Sources : Commission européenne, Rapport 2013 de la situation sociale de l‘UE

Les jeunes ne sont pas en reste en matière de chômage : En Europe 23,6 % soit près de 5,7 millions de jeunes en âge de travailler sont concernés.

Handicap

Mère de deux enfants, non voyante, Annelies travaille et témoigne d‘un grand courage. Même avec son handicap, elle a le droit et de mener une vie autonome et libre. C‘est aujourd‘hui encore possible, grâce à la solidarité qui prend dans ce cas-ci la forme d‘allocations ou d‘aides très vivantes comme celle de son chien, Joy.

Le handicap, sous toutes ses formes, touche une personne sur six dans l‘Union européenne. Ce sont ainsi environ 80 millions de personnes environ qui n‘ont pas la possibilité de participer pleinement à la vie en société, à cause d‘obstacles d‘ordre environnemental et comportemental.

Pour répondre à ce défi, l‘Union européenne et ses États membres disposent d‘un large mandat : les traités, la Charte des droits fondamentaux et la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

Dans ce cadre, l‘UE a mis en place un cadre de travail commun : la Stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées. Le challenge lié aux droits des personnes handicapées est donc important, particulièrement en période de crise, et des engagements dans différents domaines (l‘accessibilité, la participation, l‘égalité, l‘emploi, l‘éducation, la protection sociale…) ont été pris pour améliorer la situation.

Pour aller plus loin

- Plus d‘information sur la politique européenne an matière de handicap sur le site de la Commission européenne
- Le European Disability Forum (EDF)
- La Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations unies
- Le Réseau d‘expertise européen (ANED)
- Le dossier spécial handicap sur EU observer
- Social Firms Europe CEFEC
- Autism Europe
- European Association of Service Providers for Persons with Disabilities, (EASPD)
- European Blind Union (EBU)
- European Platform for Rehabilitation (EPR)
- Workability Europe
- INCLUSION EUROPE - The European Association of Societies of Persons with Intellectual Disability and their Families
- Mental Health Europe (MHE)

Peter Lambrechts

Coordinateur au Réseau européen pour la Vie autonome (ENIL) pour l‘Europe de l‘Ouest

« Notre travail est d‘assurer que les personnes avec un handicap puissent faire leur propre choix de vie, qu‘ils puissent participer pleinement à la vie en société »

Peter Lambrechts travaille pour l‘association Vie autonome (Onafhankelijk Leven) à Leuven, en Belgique, et y suit les dossier politiques concernant les aides personnelles d‘assistance aux personnes avec un handicap (PAB) délivrées par l‘Agence flamande pour les Personnes avec un Handicap. Il s‘occupe également de la coordination pour l‘Europe de l‘Ouest pour le Réseau européen pour la Vie autonome.

Contacter Peter Lambrechts
peter@independentliving.be +32.(0)9.255.44.48

Sources : Commission européenne, la Stratégie en faveur des personnes handicapées 2010-2020 et la communication faite à ce propos (en anglais)

“Par personnes handicapées on entend des personnes qui présentent des incapacités physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles durables dont l‘interaction avec diverses barrières peut faire obstacle à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l‘égalité avec les autres.”

Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées

Pour aller plus loin :
Eurostat, étude en anglais “EU Labour Force Survey ad hoc module on employment of disabled people" (LFS AHM), 2002

Économie sociale

Hélène travaille depuis plus de 20 ans à Liège dans le secteur de l‘économie sociale. Elle s‘y sent bien. Reconnue, elle participe à la prise de décision de son entreprise, et aspire à un métier qui fait du sens. Ici, on fait du social certes, en réinsérant des personnes dans le circuit de l‘emploi, mais de l‘économique aussi… et d‘une autre manière. L‘objectif ne porte pas sur la réalisation de bénéfices financiers, mais sur la plus-value sociétale.

Souvent précurseur ou avant-gardiste de notre protection sociale, l‘économie sociale et solidaire n‘est pas qu‘un "secteur". Les personnes occupent une place centrale dans l‘économie sociale, via, par exemple, une attention particulière au processus de production, à la durabilité des produits et/ou des services produits, à la mise à l‘emploi de groupes cibles, et au bien-être des travailleurs.

L‘économie sociale ou économie sociale et solidaire regroupe un grand nombre d‘acteurs telles que les coopératives, mutuelles, associations, syndicats et fondations, qui fonctionnent sur le principe 1 personne = 1 voix plutôt que 1 action = 1 voix. Ils se caractérisent par une forte solidarité entre les membres.

L‘économie sociale est présente dans un grand nombre d‘activités. La participation des travailleurs au processus décisionnels de l‘entreprise est également une de ses caractéristiques.

On compte en Europe plus de 11 millions d‘emploi dans le secteur de l‘économie sociale avec plus de 160 millions d‘adhérents, avec plus de 2 millions d‘entreprises (10 % de l‘activité en Europe !).

On envisage au niveau de l‘Union européenne de créer un environnement juridique favorable à leurs activités.

Pour aller plus loin

- Visitez le site de la Commission européenne consacré à l‘économie sociale
- Le résumé du rapport du CIRIEC réalisé pour le Comité économique et social européen
- Social Economy Europe
- REVES
- L‘asbl Terre, présentée dans le film
- Social Platform
- European Network of Social Integration Enterprises
- RREUSE
- Social Firms Europe CEFEC
- P‘actes Européens
- Cooperatives Europe
- EUCLID
- CECOP-CICOPA Europe – European Confederation of Workers‘ Co-operatives, Social Cooperatives and Participative Enterprises
- Networks of academics on social economy : CIRIECEMES

Jacques Defourny

Directeur du Centre d‘Économie Sociale à l‘ULG/Liège, Belgique

« L‘économie sociale est un secteur qui crée énormément d‘emplois. Sur les 10 dernières années par exemple, la création d‘emplois dans le secteur associatif et dans l‘économie sociale a été quatre fois plus grande que dans le reste de l‘économie en Belgique »

Professeur ordinaire à l‘HEC – Ecole de Gestion de l‘Université de Liège, Jacques Defourny est depuis 1992 le Directeur du Centre d‘Économie Sociale de la même université. Ses domaines de recherches concernent entre autres l‘analyse comparée de l‘entrepreneuriat social en Europe, aux Etats-Unis et en Asie de l‘Est, ainsi que de l‘économie sociale d‘insertion, volontariat, relations entre le secteur associatif et les pouvoirs publics.

Consulter ici la liste la page consacrée à Jacques Defourny sur le site de l‘ULG

Contacter Jacques Defourny
j.defourny@ulg.ac.be +32 (0)4.366.31.36

Source : Commission européenne –DG entreprise et industrie

Cela représente le pourcentage de toute l‘activité économique en Europe. On compte en Europe plus de 11 millions d‘emploi dans le secteur de l‘économie sociale avec plus de 160 millions d‘adhérents, et plus de 2 millions d‘entreprises.

Pensions

Hans après de nombreuses années de travail a droit à une pension… mais travaille cependant pour joindre les deux bouts. Á quels défis nos ainés seront-ils confrontés dans une société actuelle ? Le travail, jusqu‘à quel âge ? Et surtout quel type de travail ?

Pas un jour ne passe, sans entendre « pyramide des âges inversée », « vieillissement de la population », « retarder l‘âge de la pension ». Le débat tourne au niveau européen autour de deux questions : celle de la soutenabilité financière et celle des pensions adéquates. Comment répondre à cette équation ?

Il convient aussi de relever deux notions distinctes qui se recoupent souvent en pratique : âge de la retraite qui désigne l‘âge légal auquel un travailleur doit quitter le monde du travail ; et âge de perception de la retraite correspond quant à lui à l‘âge légal auquel un travailleur peut commencer à "toucher" sa pension de retraite.

Des pressions budgétaires et liées à l‘évolution de l‘âge de la population amènent des réformes dans bon nombre de pays européens, et ce tant sur le financement que sur les conditions d‘octroi (âge, durée…).

Pour aller plus loin

- Voyez à cet égard les travaux menés par l‘AISS sur ce sujet et les tendances au niveau européen.
- La Commission européenne se préoccupe particulièrement de la question de la retraite.

Au niveau de l‘OCDE, toutes les tendances sont également analysées :

Consultez également le site de
- La plateforme Age
- European Federation of Older Persons (EURAG)

Pierre Pestieau

Professeur d‘Économie à l‘Université/Liège, Belgique

«« Pour l‘instant tout va bien, mais l‘avenir est assez sombre… Que l‘État, qui est le principal pourvoyeur des pensions en Europe, ait des problèmes, c‘est inévitable »

Les thèmes de prédilection du professeur Pestieau sont l‘approche économique des pensions, le système d‘assurance sociale, les politiques redistributives et la concurrence fiscale. Lauréat du Prix Francqui en 1989, il a été professeur invité à la London School of Economics et dans de nombreuses Université (Cornell, Montréal, Toulouse, Louvain…). Il a également été consultant pour des institutions internationales comme le Fond monétaire international, la Banque mondiale, l‘OCDE et la Commission européenne.

Consulter le profil et les publications de Pierre Pestieau

Contacter Pierre Pestieau
++32 4366 31 09
P.Pestieau@ulg.ac.be

Source : Commission européenne, The 2012 Ageing Report: Underlying Assumptions and Projection Methodologies (rapport en anglais)

Sources : EUROFOUND (2012), Income from work after retirement in the EU (rapport en anglais)

« Les personnes à risque de pauvreté sont celles vivant dans un ménage disposant d‘un revenu équivalent-adulte disponible inférieur au seuil de pauvreté qui est fixé à 60 % du revenu médian national équivalent-adulte (après transferts sociaux). »

Soins de longue durée

Monsieur et Madame Aalto sont aujourd‘hui des seniors qui veulent passer leurs vieux jours à la maison, le plus longtemps possible. Pouvoir préparer ses repas, se laver, se soigner ou aller se promener et continuer d‘avoir des interactions sociales, tout cela doit continuer à être possible. Ces aides à domiciles, ces soins et instruments adaptés, constituent les conditions préalables qui doivent être mises en place afin que soit possible de mener nos aînés vers une grande autonomie pour très longtemps.

Le grand âge est une question de plus en plus lancinante et qui nous touche ou nous touchera tous de manière directe. Pouvoir vivre dans de bonnes conditions le plus longtemps possible et chez soi devient le grand défi de nos sociétés.

Les soins de longue durée se réfèrent à un large éventail de services nécessaires aux personnes afin de leur permettre d‘exercer des activités basiques de la vie quotidienne sur une longue période.

Pour aller plus loin

La Commission européenne a publié une étude en 2012 faisant le point sur les services de soins à longue durée dans plus de 20 pays, retraçant les grandes tendances aujourd‘hui en Europe, et en soulignant le rôle des différents acteurs.
Consultez ici l‘intégralité de l‘étude (en anglais)

Voyez également le projet européen ANCIEN qui analyse les futurs scénarios de la dépendance.

Consultez également
- Le site de la plateforme Age
- European Federation of Older Persons (EURAG)
- European Federation of Parents and Carers at Home (FEFAF)
- EUROCARERS

Harriet Finne-Soveri

Directrice de l‘Unite Vieillissement et service à l‘Institut National de la Santé et du bien-être/Helsinki, Finlande.

« Dans 20 ans, le nombre d‘aides-soignants aura diminué de 50% et le nombre de personnes âgées dans le besoin aura augmenté de 50%. En d‘autre termes, nous n‘aurons plus le temps de faire les choses comme nous l‘avons fait jusqu‘à présent ».

L‘unité Vieillissement et Services de l‘Institut national pour la Santé et le Bien-être conduit des recherches, développe et évalue les services aux personnes âgées, ainsi que l‘accès aux services et leur qualité. Ses agents participent à la promotion de la santé et du bien-être des personnes âgées ainsi qu‘à la prévention. Le tout en participant à des projets nationaux et internationaux dans le domaine de la recherche et du développement des services aux personnes âgées.

Contacter Harriet Finne-Soveri
Harriet.finne-soveri@thl.fi
+358 400 357 313

Source et données par Etat-membre (2011) : Eurostat

Eurostat signale ainsi que « Les années de vie en bonne santé correspondent au nombre d‘années qu‘une personne peut espérer vivre en bonne condition. Á la naissance, tant les femmes que les hommes pouvaient espérer vivre 62 ans en bonne santé dans un des 27 pays de l‘Union européenne en 2011. Á l‘âge de 50 ans, ils pouvaient s‘attendre à vivre 18 années supplémentaires en bonne condition tandis qu‘à l‘âge de 65 ans, ils pouvaient compter vivre encore 9 années en bonne santé. »

Europe sociale

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les systèmes de protection sociale tels que nous les connaissons actuellement ont été mis en place en Europe, dans un souci d‘instaurer une solidarité nationale et d‘améliorer le niveau de vie de la population.

Cet élan a permis aux citoyens européens de bénéficier aujourd‘hui d‘une protection sociale élevée au travers de régimes nationaux différents quant à leur fonctionnement et leur organisation, mais identiques quant à l‘objectif poursuivi. Cette essence commune est le fondement même du modèle social européen, l‘une des plus grandes fiertés et l‘un des plus grands atouts de l‘Union européenne.

Ce modèle social doit à présent relever de nombreux défis tels que la crise financière, le vieillissement démographique et la globalisation de l‘économie. Comment l‘Union et ses Etats membres arriveront-ils à préserver leur identité sociale face à de telles contraintes ? En tous les cas la grille d‘analyse commence à changer et on commence à envisager la dépense sociale comme un investissement plutôt que comme un coût…

Pour aller plus loin

Récemment le Train de mesure sur l‘investissement social a été publié. Il concerne toute une série de pistes de solutions proposées par la Commission européenne sur les questions sociales.

Voyez sur l‘Europe sociale :
- La campagne de la Commission sur l‘Europe sociale avec des fiches pratiques
- L‘observatoire social européen
- le Social Europe Journal en anglais

Associations et institutions travaillant sur la thématique de l‘Europe Sociale :
- Caritas Europa
- European Council for Non-Profit Organisations (CEDAG)
- European Federation for Diaconia, EURODIACONIA
- International Council on Social Welfare (ICSW)
- SOLIDAR
- Croix rouge EU Office
- European Social Network
- European Anti-Poverty Network (EAPN)
- European Consumer Debt Network (ECDN)
- ATD Quart Monde - ATD Fourth World International Movement
- Dynamo International
- European Federation of National Organisations working with the Homeless (FEANTSA)
- European Social Action Network (ESAN)
- International federation of social workers (IFSW)
- The European Community Development Network (CEBSD)
- Plate-forme sociale

Source : Eurostat

Sources : Banque mondiale

L‘Europe dépense bien plus, pour sa protection sociale, que l‘ensemble du reste du monde. Elle est ainsi qualifiée de super-puissance de style de vie. On utilise cette expression en regard d‘une superpuissance militaire, les Etats-Unis d‘Amérique, dont les dépenses militaires dépassent également l‘ensemble des dépenses militaires du reste du monde.